oct 30
Wikio
Voter !
Technorati
twitter share button
Facebook

Municipales 2014 : le programme des communistes pour Limoges

banniere-municipales-14-programmes « Limoges pour tous »,  tel est le programme développé par les communistes dans le cadre des municipales de 2014. Un programme qui viendra nourrir celui du Front de gauche présenté dans les prochaines semaines et qui aborde les questions du logement, des équipements, de l’emploi, de l’aménagement du centre-ville, de la santé, de l’éducation , du transport, de la jeunesse, de la démocratie locale, de la sécurité, de la culture et du sport.

Retrouvez le détail de ces propositions ci-dessous. Parmi les mesures phares on notera : rejet de l’austérité – objectif de 30 % des logements sociaux sur l’agglomération Limoges Métropole – maintien de la politique d’investissements pour irriguer l’économie et l’emploi – développement d’une « Zone d’Activité douce Sud Limoges » – développement des transports publics (la gratuité reste en débat) – rénovation de la place de la République – politique sécuritaire basée sur la prévention – révision du fonctionnement des comités de quartier…

  • Le logement :

La politique actuelle de la majorité de gauche en termes de logements sociaux peut être jugée positivement. Les communistes, leurs élus y prêtent une attention toute particulière. Il faut poursuivre et amplifier la politique foncière de la ville. Elle permet la constitution d’un semi des logements sociaux gérés par Limoges-Habitat, y compris au centre-ville amenant une meilleure répartition du parc sur l’ensemble du tissu urbain. La crise qui frappe appelle cependant de très sensibles inflexions notamment en direction des quartiers périphériques où elle frappe le plus durement des populations. Avec comme ligne directrice la promotion du vivre ensemble, nous portons les propositions suivantes sur cette thématique :

- des brigades d’intégration dans les quartiers pour aider au vivre ensemble.
- un programme de logements haute-qualité environnementale comme règle dans les quartiers pour faire pièce à la politique des grands ensembles des années 60-70.
- remise à plat du travail en lien avec les associations de locataires.
- Mise en place des éco quartiers
- « arme » de l’arrêté anti-expulsion si nécessaire.
- pour permettre un meilleur étalement du parc, objectif de 30 % des logements sociaux sur l’agglomération Limoges Métropole.
- développement du pôle expertise de l’hygiène au service des locataires du parc privé.

  • Les équipements :

En l’état, le consensus existe pour considérer l’existant comme désuet et que de nouveaux équipements sportifs sont nécessaires. La ligne de conduite des élus communistes-Front de Gauche sera de travailler à  une politique municipale pour favoriser l’accès des classes populaires aux équipements publics au travers notamment de tarifs sociaux.

On ne peut critiquer l’investissement financier des collectivités locales en tant que tel. Il permet d’irriguer l’économie réelle sur la base de choix démocratiques, les décideurs étant les élus du peuple et fait pièce au discours libéral sur la gabegie d’argent public. L’austérité serait un mauvais choix pour notre ville comme il l’est au niveau national et européen. Dans le cadre d’une politique d’investissements pertinents, la ville devrait s’engager dans plusieurs axes. Dotée d’un ensemble muséographique mettant en valeur son histoire et sa culture (BAL, Musée Adrien Dubouché, Musée de la Résistance), Limoges pourrait le compléter par  la pérennisation d’un Musée social de la ville de Limoges et la construction d’une Grande Maison des Services Publics.

  •  L’emploi :

Travailler à des propositions fortes dans ce domaine est indispensable dans cette période de crise. Sur le territoire de l’agglomération de Limoges nous soumettons la proposition suivante :  les abattoirs municipaux de Limoges peuvent jouer un rôle de levier autour d’activités des secteurs primaires et secondaires en lien avec les entreprises privées du secteur (Les Fayes, Madrange, Weston…), les établissements publics de formation (Les Vaseix, Sup Bio Lim), les acteurs professionnels du monde agricole (Chambre d’Agriculture, agriculteurs du bassin, Pôle de Lanaud…), les collectivités territoriales en particulier le Conseil Régional, les organisations professionnelles. L’objectif sur la mandature serait de parvenir à développer une « Zone d’Activité douce Sud Limoges », visant à la production de biens agro-alimentaires de haute-qualité, au développement d’espaces de maraichage périurbain, au développement des formatons générales, supérieures et professionnelles des établissements publics du secteur et connexes (tourisme et culture en milieu rural, services aux personnes….).

  • L’aménagement du centre-ville :

- un véritable « centre-ville » entièrement piétonnier attractif qui revivifierait le cœur de la ville.
- une politique d’aménagement des places en centre-ville pour les rendre attractives (rénovation de la Place de la République).
- politique d’encouragement à l’implantation de commerces et de services de proximité dans les quartiers.

  •  La santé :

L’accès à la médecine de ville se complique confronté lui aussi aux difficultés financières des familles et également à la progression rampante des déserts médicaux. Les quartiers périphériques de notre ville ne sont pas épargnés par ce phénomène. La municipalité se doit d’avoir une politique offensive en la matière :

- création de centres de santé en fonction des besoins
- consolidation du centre de vaccination municipal pour garantir sa gratuité pérenne
- suivi de l’audit municipal avec les professionnels et les usagers des cabinets et centres médicaux des quartiers populaires, établissement d’un plan d’action pour en assurer le maintien et le développement
- redéploiement d’une partie des moyens, des personnels et de l’action municipale pour une meilleure prise en compte de l’urgence sociale en temps de crise.

  • L’éducation :

L’éducation figure dans les axes directeurs prioritaires, si l’acquis municipal est jugé globalement satisfaisant, les évolutions amènent à poser la ligne structurante suivante :

- politique d’équipement des écoles primaires de haute qualité, structurante du projet global « pas de politique austéritaire municipale ».
- plan d’action participatif pour la maitrise de la nage en fin de cycle primaire.
- restauration scolaire alimentée en circuits courts par les produits du maraichage périurbain
- pas de ghetto scolaire sur la ville de Limoges.

  • Les transports :

Le sujet autour de la LGV est au cœur de l’actualité. Des positions et des votes différents de nos élus, à la région et au conseil municipal de Limoges ont pu créer un peu de trouble. Il est bon de rappeler la pertinence et la maîtrise de tous les élus du PCF-FdG sur les dossiers des transports: à la région nos élus du groupe Limousin Terre de Gauche sont au service d’un mouvement citoyen sur la question du ferroviaire à leur échelle territoriale quand à la ville de Limoges les élus communistes ont toujours défendu l’axe historique POLT par des interventions multiples et répétées en ce sens.

- intervention pressante auprès des services de l’Etat pour la limitation à 90 km/h de la vitesse autorisée sur l’A20 sur toute la traversée de Limoges.
- extension significative de l’électrification du réseau dans les quartiers populaires en complément de l’inflexion de la politique du logement et de l’amélioration du cadre de vie.
- création d’une véritable ligne des quartiers, des salariés et d’accès aux grands services publics avec le double étirement de la ligne 14 existante vers le nord jusqu’à Beaubreuil-ZIN et le sud jusqu’à St-Lazare-Romanet dont le cadencement serait revu à la hausse.
- allongement de la durée de validité du ticket à 2h30 pour un aller-retour périphérie-centre sans surcoût.
- plan de développement des transports publics visant à l’amélioration du réseau, des cadencements, du confort et de l’intermodalité.
- tarification sur la base du quotient familial pour permettre l’accès du réseau à tous.
- Tramlim (version récente du projet historique Métrolim), élément central connecté au réseau TCL.
- Étude et mise en place du billet unique intermodal sur l’agglomération de Limoges.
- plan de développement de véritables pistes cyclables sécurisées et de chemins piétonniers.
- Augmentation significative de la part des voies de circulation en site propre sur le réseau STCL.
- révision et amélioration du plan de circulation des personnes à mobilité réduite, un peu malmené dans la dernière période par les modifications dues aux opérations de travaux publics et de voirie.

  • La jeunesse :

- une politique municipale de la jeunesse intégrant des facettes loisirs, culture mais également formation, emploi, logement.
- un service municipal de la jeunesse mettant eu œuvre cette orientation en lien avec les structures et associations travaillant en direction de cette catégorie de la population.

  •  La démocratie locale :

Nous rappelons avec force notre détermination à ce que le droit de vote soit accordé aux étrangers aux élections locales. La vie politique municipale devra tenir compte de cet état de fait. Quelques éléments du cadre institutionnel dans lequel l’action d’une municipalité s’exerce  permettent une forme d’intervention citoyenne :

- refondation, sur la mandature, du fonctionnement des commissions municipales pour en faire des outils plus performants au service des populations et des élus en charge des dossiers.
- revivifier et démocratiser le fonctionnement des Comités de Quartier.
- Avec l’objectif de créer du lien citoyen autour de cet acquis (la régie publique), il serait bon d’instituer un « Comité citoyen de Limoges pour l’eau », en appelant à la participation du plus grand nombre avec le double objectif d’alerter et mobiliser les populations contre les attaques visant ce bien commun et d’être une force de proposition pour le rendre toujours plus efficient et un relais des attentes des populations à son égard.
- Avec l’objectif de créer là aussi du lien autour de cette notion du bien public, il serait bon d’instituer un « Comité citoyen de Limoges du bien public délégué », où siègeraient des élus, des citoyens, des responsables d’associations travaillant sur ces questions qui serait force de propositions pour des services de qualité mais aussi d’alerte en cas de négligence et droit à la demande d’expertise indépendante.

  • La sécurité :

Le terrain du débat sur la sécurité ne peut être laissé à la droite flanquée de l’extrême-droite. La gauche ne doit pas chausser les bottes bruyantes du tout sécuritaire et lui emboiter le pas. La politique municipale dans sa globalité participe de la prévention.

- La municipalité entretiendra des rapports de bonne intelligence avec les représentants et les services de ces grandes institutions et sera à l’écoute des doléances recevables pour faciliter l’exercice de leurs missions ; notamment dans le cadre de la CLSPD.
- appuyer les demandes des professionnels et intervenir auprès du Ministère de la Justice pour étoffer les services de la PJJ près du Tribunal de Limoges.
- voir créé un commissariat de la police nationale sur la rive gauche
- voir maintenues les missions de la police municipale à l’existant, renforcer leur rôle de bienveillance active (aide au déplacement des personnes âgées sur la voie publique, abords des établissements scolaires aux heures d’entrée et de sortie…)
- édification d’un établissement sur la rive gauche de la ville pour accueillir des moyens lourds de sapeurs-pompiers.

  • Culture et sport :

- politique municipale pour favoriser l’accès des classes populaires aux équipements sportifs.
- tarifs sociaux à cette fin.
- pérennisation d’un Musée social de la ville de Limoges.
- plan d’action participatif pour la maitrise de la nage en fin de cycle primaire.
- aide aux associations culturelles et sportives et notamment à celles qui travaillent en direction de la jeunesse.
- mieux prendre en compte les nouvelles pratiques sportives urbaines en salle par la mise à disposition encadrée de certaines structures municipales avant et après les horaires de travail des salariés.
- soutien particulier au jeune festival de musiques actuelles pour aider à sa pérennisation
- initiatives publiques fortes pour le droit pour tous au cinéma
- amplifier l’effort de développement du Festival des Francophonies.
- mieux intégrer la Maison de l’Email dans la vie culturelle locale par un partenariat avec les structures publiques (BAL, Résistance, A.Dubouché)

 

Pas de politique municipale austéritaire est le mot d’ordre rassemblant les communistes. Les municipalités ont des prérogatives fiscales et participent à la collecte de l’impôt. Cela leur permet de mener des politiques municipales originales avec une part non négligeable de financements propres, qui sont la garantie de leur indépendance. Une gestion de gauche à Limoges devra s’abstenir d’emboiter le pas de cette réforme avec gourmandise pour veiller au respect de la liberté d’action limougeaude en dernier ressort. Les élus communistes – Front de Gauche, leurs militants, s’engageront sur la mandature et appelleront la population à se mobiliser pour :
- une politique fiscale municipale modérée envers une population globalement modeste
- une révision de la politique des bases fiscales de l’Etat, antidémocratique, qui fait porter aux municipalités la responsabilité des hausses d’impôts locaux.
- une révision des valeurs locatives trop anciennes, qui pénalise les habitants de la périphérie.
- un recours à l’emprunt favorisant les produits à taux fixes dans le temps.
- une dépense orientée vers les moyens humains créateurs d’emplois, refus des logiques d’austérité, chaque départ en retraite compensé.


Tags: , , ,

Auteur: L'équipe

67 commentaires

Jean-Philippe VEYTIZOUX
30 octobre 2013 12:15

pazmany, comme convenu, ta carte du PCF est prête ;-)

Florent Mignot
30 octobre 2013 12:49

Plein de bonnes propositions
Bravo pour le boulot !

Suis content de voir que l’idée que j’étais un de rares à défendre en 2008 (rénovation de la place de la république) a fait son chemin chez tout le monde…

Jean-Philippe VEYTIZOUX
30 octobre 2013 13:11

le principe participatif du programme chez les adhérents du PCF-Limoges m’amènent à faire 3 autres propositions:

- gratuité des 1ers m3 d’eau sous condition de ressource.

- « sectorisation scolaire » sur la base du réseau TCL ( en parts de camembert irriguées par les lignes du réseau)

- actions intergénérationnelles regroupées dans une part du budget allouée sous forme participative dans la durée du mandat.

bravo
30 octobre 2013 13:59

Voila une vrai programme pour Limoges ! Celui du PS est ou ?

Pazmany
30 octobre 2013 14:26

@Jean-Philippe : merci pour la carte mais j’attends les propositions d’EELV avant d’accepter ;) mais je sens plutôt une envie en toi de prendre celle du PS et du rejoindre Alain Rodet dès le 1er tour :p

@Florent : je crois que cette idée est partagée par tous et que ce n’est pas sur cette proposition que les communistes feront la différence…

Je me permets de réagir sur la gratuité des 1ers m3 d’eau quand on connaît le prix de l’eau à Limoges, gérée en régie, de bonne qualité grâce aux nombreux investissements réalisés je pense qu’on peut faire l’économie de cette mesure pour les finances de la ville ;)

Mikaël
30 octobre 2013 15:25

C’est un programme qui me paraît assez courageux, peut-être un petit peu trop dépensier, mais avec de bonnes idées, en matière de transports notamment et je me réjouis de voir que le projet MétroLim est porté par les communistes avec un maillage plus fin (l’idée que j’avançais sur mon blog qui n’était jusqu’alors soutenue que par les verts et même si je ne savais pas que les communistes comptaient reprendre l’idée). Reste maintenant à voir ce qui subsistera de ce programme dans le programme commun du Front de Gauche.

Alex
30 octobre 2013 16:13

Etant donné que la GA à déjà repris l’idée du métro léger, je pense que ça ira dans ce sens.

C’est pour moi l’un des gros problème de la ville actuellement, un réseau de transport en commun assez limité. On ne demande pas le RER parisien, mais un moyen de transport adapté.

Jean-Philippe VEYTIZOUX
30 octobre 2013 17:21

Merci pour vos appréciations qui ne pourront que nous encourager.

Sur la question des transports, il y a un vieux filon dans la culture communiste qui , si l’on veut s’en donner la peine, redonne beaucoup.

Attention Alex, sur la question des transports à Limoges à ne pas caricaturer toutefois:
- le réseau est non ségrégatif , au contraire il oblige les gens de la périphérie à passer systématiquement par le centre (pas d’effet Mirail-Toulouse ou Paillade-Montpellier) d’où notre proposition de l’allongement de la durée de vie du ticket à 2h30, pourquoi pas plus d’ailleurs!!

- il est écologique sur une grande partie de son réseau (trolley) mais il faut aller plus loin d’où notre proposition d’une nouvelle vague d’électrification dans les quartiers.

Après Alex, tu as raison pour élargir l’offre, mais attention à ne pas caricaturer l’existant. Ce n’est pas en voulant à toute force prouver que les socialistes sont bons à rien que l’on va s’ouvrir un espace politique, au contraire!!

Seule la vérité est révolutionnaire, comme disait Vladimir!!

Alex
30 octobre 2013 17:37

Je ne souhaite pas caricaturé car je sais que dans d’autres villes l’offre est bien moins importante, il y a du bon dans l’offre de transport actuellement, en revanche il y a des points qui mérite je pense d’être revus.

Le fonctionnement de la ligne 8 par exemple. Trop souvent on voit 3 bus se suivre pour prendre les passagers, et parfois les bus sont archis bondées. C’est pareil pour la ligne 10 que je prend souvent, ce n’est pas pratique de voyager dedans, même avec des doubles bus.

La ligne 14 est à mon sens sous exploité, il y a une demande de la part des usagers car ça reste une ligne qui fait quand même le tour du périf et se connecte à des endroits stratégiques, mais la cadence de 2 bus toutes les heures conjugués à des passages parfois aléatoire du bus (defois 10 minutes de retards; defois 10 minutes d’avance) ne donne pas des bons arguments.

De plus, il y a aussi un manque de connexion avec les périphéries de la ville, même si cette année l’offre s’est bien amélioré il est vrai. Mais il serait vraiment astucieux je pense que d’ouvrir avec un couplage train léger/bus les autres agglos à la ville de Limoges, d’ou l très grand intérêt de ce projet métrolim ou translim, car on sait qu’on ne pourra offrir un réseau de tramway lourd.

On doit jouer sur une complémentarité entre le tram léger (connexions aux périphéries et aux agglos, aux centres importants comme ZI Nord, Mairie, les deux gares, la Borie etc le tout à vitesse éleveé), le trolley (qui doit prendre la majeure partie du trafic à son compte) et le bus, pour les petites lignes.

fred5987
30 octobre 2013 18:11

grande maison des services publiques ? mais ils sont tous presents a Limoges c est de la depense inutile. ca c est bien dans une ville comme Ambazac, saint leonard… mais pas Limoges

fred5987
30 octobre 2013 18:17

cote transports il y a des bonnes idees mais a mon avis il y a bcp d annonce : electrification, prolongements du trolley, metrolim… tout ne peut pas etre fait. c est purement de la campagne electorale

venduba
30 octobre 2013 18:30

c’est marrant , les communiste vont seuls aux élections sur ( en gros) le programme et les actions de leurs anciens amis .par contre pas de position claire sur la LGV POUR OU CONTRE? il est vrai que sur un dossier de ce calibre pour l’avenir du Limousin , on ne sait pas ce que peut donner l’alliance de la carpe et du lapin
Venduba

Jean-Philippe VEYTIZOUX
30 octobre 2013 19:46

fred5987

Les programmes c’est forcément en campagne électorale.

Pour ce qui peut être fait ou pas…rappelons que les municipalités ont le privilège avec l’Etat de lever une partie de l’impôt. 40 % de leurs ressources viennent de la fiscalité propre, elles ont donc des marges de manoeuvre.

Maintenant je suis prêt à discuter du programme des autres sans animosité aucune.

Les amis, c’est la crise !! Faisons effort si nous ne tombons pas d’accord d’identifier clairement le pourquoi des choses.

fred5987
31 octobre 2013 06:00

Moi perso j aime pas ces programmes ou tout est dit dans un flou complet. on veut faire plaisir a tout le monde c est pas ca un programme. nous savons tous que les budgets sont limites et qu il y aura forcement des propositions non retenues.

Jean-Philippe VEYTIZOUX
31 octobre 2013 10:53

fred5987

pazmany a fait un très bon travail mais le document complet est à présent de 19 pages. Son résumé aussi bon soit-il ne permet pas d’échapper à l’effet empilage .

Mais il y a une cohérence d’ensemble.On ne veut pas faire plaisr à tout le monde au demeurant: la révision des bases locatives datant de plus de 40ans vise à s’attaquer à une forme de privilège fiscal accordé aux populations les plus aisées du centre-ville….

Si tu veux le document le plus actualisé, passe à la FD du PCF 87 ou bien demande par mail à pazmany , l’envoi d’une pièce originale, je n’y vois pas d’inconvénient.

James
31 octobre 2013 13:35

Je me réjouis de voir que les transports en commun sont au coeur du programme. Concernant les ressources pour les développer l agglomeration a effectivement un levier important : le versement transport paye par toutes les entreprises de plus de 9 salaries. ( en retour les salaries peuvent se faire rembourser 50% des frais de transports en commun). Le taux de cette taxe est aujourd’hui hui de 1,02 % alors que dans les villes ayant des réseaux plus développés (Grenoble, Bordeaux, etc.) on approche les 2%. Il y a donc des marges de manœuvre pour des élus courageux et volontaires. Nous ne pouvons plus attendre : Limoges est aujourd’hui la seule capitale régionale a ne pas avoir de réseau de transport en commun en site propre (tram, BHNS, métro ).

Adrien
31 octobre 2013 14:47

Vous envisagez un centre-ville pièton dans quel pèrimétre ? J’ai peur que ça devienne un peu dèsert… Et comment voyez-vous la rèfection de la Place de la Rè ? Il y a apparemment toujours des fouilles en cours dans la crypte n’est-ce pas risquè ? Y aura t il un accés vers les fouilles des Courtines ? Et concernant les autres ruines du Baptistère des projets de valorisation ?

GL87
31 octobre 2013 15:15

Ce programme me semble très intéressant. J’espère qu’il connaitra une large diffusion.
Voici ce que j’en pense personnellement:

* Points positifs:

- La politique des transports: L’actuelle politique des transports en commun est à revoir entièrement, dans le sens d’une extention des lignes à l’espace périurbain, d’une augmentation des cadences, et d’une baisse des tarifs (à affiner). Concernant les pistes cyclables, ce programme est conforme à ce que doit offir une ville moyenne: création de vraies pistes, « en dur ».

- L’emploi: le dispositif prévu autour de l’abattoir est une bonne idée. Il faut permettre aux différents métiers de l’agro-alimentaire et du luxe de travailler en synergie. Notre région a une vocation dans les domaines du luxe et de la gastronomie. Il faudrait aussi veiller à ce que le Limousin ne soit pas seulement une terre de production, mais également de transformation.

- Le centre-ville: il serait effectivement salutaire pour Limoges de transformer l’ensemble du centre-ville en espace piétonnier (@Adrien: Bordeaux, Tours, Montauban ne ressemblent pas à des déserts), et de mettre l’accent sur les places. A cet égard, quelques remarques:
La place de la République aura quelques chances de devenir attractive à la condition de démolir le bâtiment des Galeries Lafayettes, qui est une véritable verrue. D’autres villes ont fait ce genre d’opération (ex: Châteauroux, très récemment). L’idéal serait de restituer aux Limougeauds la jolie vue sur la place Jourdan et la vallée de la Vienne. D’autres places méritent un traitement immédiat: la place Saint-Pierre, la rue Courteline (espace en déshérence à côté du Centre St Martial), le mail du Mas Loubier, et la place Haute-Vienne. Pour celle-ci, il faudrait exploiter l’atout d’un magnifique panorama, offrant une vue sur la mairie et la campagne, en supprimant le parking et en créant une esplanade avec terrasses de cafés. Cela donnera inmanquablement une chance à la rue Haute-Vienne de s’en sortir.

- Pérennisation d’un musée social de Limoges: c’est une bonne idée.

* Interrogations:

- Une « maison des services publics » me semble être un gadget, au même titre que la « maison du vélo » proposée par EELV.

- Limitation à 90 km de la portion autoroutière qui fait office de rocade: pourquoi ne pas plutôt élargir l’autoroute à 2×3 voies? Nous avons en effet combattu durant des années pour avoir une autoroute à Limoges.

* Remarques:

- Il faudrait créer davantage de places de parking relais à l’entrée de la ville.

- Il serait bon également de soigner les entrées de la ville ainsi que les artères telles que l’av. du Gl Leclerc, la rue A. Briant, les rues A. Dutreix et F. Perrin, qui sont très glauques.

- La municipalité a -depuis les années 1960- mis en avant une esthétique minérale. Il faut y mettre fin, en favorisant notamment les plantation d’arbres. Il faudrait faire un tour dans de nombreuses villes européennes pour se rendre compte des bienfaits des arbres et des parcs dans l’espace urbain: par ex. Cracovie, Berlin…

Exemples, avec Cracovie: les boulevards entourant le centre-ville sont littéralement au milieu des arbres:

https://www.google.fr/maps/preview?hl=fr#!data=!1m8!1m3!1d3!2d19.932899!3d50.06239!2m2!1f307.69!2f82.05!4f75!2m9!1e1!2m3!1sQonT3SzA0NA6MTBaHi1Tgg!2e0!7e5!5m3!1sQonT3SzA0NA6MTBaHi1Tgg!2e0!3e5&fid=5

https://www.google.fr/maps/preview?hl=fr#!data=!1m8!1m3!1d3!2d19.944124!3d50.063548!2m2!1f39.19!2f91.69!4f75!2m9!1e1!2m3!1sC5RAsHXkPV1Dxp9vvEshgQ!2e0!7e5!5m3!1sC5RAsHXkPV1Dxp9vvEshgQ!2e0!3e5&fid=5

Jean-Philippe VEYTIZOUX
31 octobre 2013 17:24

james et adrien

Merci de vos contributions. Vous êtes visiblement pointus sur certains sujets, vos suggestions seront à prendre en compte.

Pour les fouilles, il y a des aspects risques et techniques à prendre en compte avant valorisation. mais même en cas de difficultés techniques ou de danger , on peut, comme à Poitiers, envisager un dallage en matériaux solides et transparents qui permettent l’accès visuel, tout au moins, à cet aspects du patrimoine.

Maintenant , je ne suis spécialiste de la question.

Pour la place de la Ré, c’est surtout travailler le centre-ville comme lieu de la rencontre (fonction d’agora) et pas seulement lieu du passage devant la vitrine….maintenant il y a des urbanistes et là je ne suis pas non plus compétent en la matière.

Jean-Philippe VEYTIZOUX
31 octobre 2013 18:51

GL 87

Je n’avais pas encore lu ta contribution avant mon commentaire.

Merci en tout cas de l’attention que tu y as apporté…..je suis au point de me demander si cette file de discussion ne serait pas une pièce supplémentaire à apporter à notre dossier au moment de l’élaboration du programme FdG pour la campagne municipale à Limoges ?

Pour l’autoroute à 90kh/h c’est le cas de toutes les autoroutes urbaines, il y a tout de même à proximité dans le nord de la ville des habitations , des batiments et donc de la nuisance sono.

Pour des raisons de sécurité également: la bretelle d’accès de La Bastide est assez brève, les automobilistes âgés un certain nombre et l’insertion dans la file est plus difficile avec des véhicules arrivant à 110 km/h plutôt qu’à 90 km/h.

la maison des grands services publics permettrait un regroupement et donc potentiellement une diminution des trajets intra-urbains quand on doit se rendre dans plusieurs lieux à la suite…bon, en même temps, si cette proposition saute quand les négociations FdG commenceront, pas de quoi en faire une maladie!!

GL87
31 octobre 2013 19:49

@Jean-Philippe: cette discussion est constructive. J’espère que les médias locaux permettront de populariser les propositions.
Cordialement

Ps: merci à Pazmany pour la publication de ce programme.

fred5987
31 octobre 2013 22:43

c est rejouissant de voir enfin des bonnes idees pour Limoges. ca fait un grand plaisir.

fred5987
31 octobre 2013 22:53

il ne manque que la tete de liste du Front de Gauche ? et pourquoi pas un parachutage de jean luc Melanchon ! il aurait pu remplir 2 zenith lors de sa venue a limoges pour la campagne de la derniere presidentielle. j vois les contre du parachutage. c est aussi tres reussi quand il y a une bonne equipe (ex Juppe a Bordeaux, Borloo a Valenciennes, Aubry a Lille…). Et vraisemblablement l equipe et le programme sont la et le plus dur sera d etre devant Rodet au soir du 1er tour et sans tete d affiche connue ca sera dur

Jean-Philippe VEYTIZOUX
1 novembre 2013 11:30

C’est le programme du PCF avant les négociations dans le cadre du Front de Gauche.

Espérons déjà qu’il ne va pas subir un toilettage « gauchiste » trop marqué au prétexte de devoir faire des différences au « forceps » avec la politique municipale actuelle.Si il y a des différences locales nettes avec les socialistes, et il y en a, affirmons les franchement mais ne faisons pas dans un folklore de surenchères grotesques qui bout à bout ne ferons pas un porgramme.

Pour la tête de liste, si localement il existe un très bon programme, c’est qu’il y a eu une conscience collective pour le faire émerger. La conscience, ça ne flotte pas au dessus des têtes avant de décider de tomber sur quelques heureux élus.

Si il y a une conscience , il y aura donc des personnes pour porter le projet à un très haut niveau politique jusqu’à y compris la position de tête de liste.

Il serait assez malvenu qu’après tout cela , les Limougeauds aillent se blottir sous l’aile douillette d’un sauveur suprême.

L’hypothèse audacieuse et gratifiante pour ma personne de Pazmany (voir billet précédent)n’est absolument pas à l’ordre du jour.

James
1 novembre 2013 21:08

Bonsoir,
Un thème important est pour moi absent, c’est celui de l universite tant dans sa dimension formation que recherche et emploi. Meme si l universite est petite elle compte un certain nombre de pépites peu connues du grand public : laboratoire Xlim, droit du sport, office de l’eau, etc.Il faut conforter cette institution a limoges et communiquer dans la région et surtout en dehors. Il faut également rendre les étudiants plus visibles en centre ville, en leur laissant carte blanche pour des animations pourquoi pas!

James
1 novembre 2013 21:25

Concernant l amenagement du centre ville une chose que j aimerais voir changer est l implantation d aires de jeu pour enfant. Il n y a AUCUN jeu pour enfant dans le centre ville. Je fais donc des suggestions : place de la bareyrette, place de république (encore elle), place haute vienne, place jourdan, place des jacobins, etc… Que l on ne me dise pas que l évêché, jardin d Orsay et champ de juillet sont suffisants. La revitalisation du centre ville passe par l implantation de nouveaux habitants dont des familles, il faut donc des équipements de proximité immédiate pour les enfants. La encore il suffit de faire un tour dans d autres villes!

Jean-Philippe VEYTIZOUX
1 novembre 2013 23:17

L’université est plutôt liée aux compétences de la Région, mais bon, à voir!!

Ton triptyque du centre-ville, places, familles, espaces ludiques pour les enfants est très loin d’être sot…..à creuser.

La fonction agora des places peut se doubler d’une fonction récréative, après il faut voir les questions de responsabilités autour de certains équipements.

James
2 novembre 2013 09:22

L universite est de la compétence de la région Limousin. Cependant la ville n est pas absente du jeu : un adjoint au maire de l équipe actuelle a en charge les relations avec l’ institution.la ville de Limoges (comme la région mais aussi d autres collectivités) a abondé la fondation partenariale de l universite… Pour quelle orientation?? Le maire de Limoges est le président du CH Universitaire, president d’Ester. A titre personnel je trouve dommage qu alors que certains élus sont issus du monde universitaire limougeaud cela ne rejaillisse pas sur le positionnement de la ville sur le sujet : on compte quand même un ancien président de l universite de limoges au conseil municipal ainsi que des enseignants chercheurs. J attends de la ville qu elle facilite la vie étudiante et que cette vie étudiante se fonde dans la vie de la cité. Une ville ne vit que si les différentes catégories de population se croisent et apprennent a vivre ensemble. Pourquoi fait on un repas des aînés et pas un repas des étudiants?

James
2 novembre 2013 09:32

@ jean-Philippe : je ne comprends pas cette question de la responsabilité. Pourquoi serait elle différente sur une place et dans un parc? Dans les deux cas nous sommes sur un espace public accessible par tout le monde à tout moment. Il faut juste un peu de courage non?

James
2 novembre 2013 09:43

Concernant la tête de liste : sans prendre parti pour quelqu un en particulier, je pense que Fred 5987 a raison. Il va falloir trouver une tête de liste qui parle aux gens. Je n ai pas d avis sur jlm d ailleurs. Malheureusement les gens se positionnent plus sur une personne que sur des idées. Il va donc falloir quelqu un pour les incarner.

fac
2 novembre 2013 09:46

1ere année d’histoire à Limoges environ 40 étudiants, économie idem … la ville de Limoges a une responsabilité effectivement . Le fait qu’il n’y ai pas de place centrale avec des bars, restaurants sur laquelle les étudiants peuvent se rassembler par exemple. La ville n’est pas attrayante pour les jeunes et la plupart le bac en poche ne revent que de la place du capitole à Toulouse, de la victoire à Bordeaux, …
Certains bacheliers savent que des filières existent à Limoges mais préfèrent partir principalement pour avoir une vraie vie estudiantine.
Il reviendront à la retraite pour avoir leur colis et leurs deux repas au palais des expositions !

Jean-Philippe VEYTIZOUX
2 novembre 2013 10:19

James.

Je ne vois aucune objection à ce que l’on intègre du mobilier urbain ludique pour les enfants sur les places publiques, si les questions de responsabilité ne sont pas insurmontables, tant mieux; sinon, je voulais signifier qu’il fallait prendre toutes les précautions de forme plus que de fond politique. Je suis favorable à cette proposition.

Pour la tête de liste, nous trouverons les ressources locales pour la faire porter…..y-a-t-il eu ici besoin d’un nom ronflant pour que ce fil de discussion s’anime?

Le programme des communistes pour Limoges…..il y a nettement plus sexy et accrocheur comme entame , non ?

Jean-Philippe VEYTIZOUX
2 novembre 2013 10:33

fac…

Bon, l’idée des études est tout de même d’étudier sans vouloir faire mon vieux machin !!

A Limoges, le soucis de certaines filières ne serait-elle pas plutôt pour les 1ères années la concurrence des classes prépas de Limoges ou même de C.Guérin à Poitiers voire les prépas des grands lycées parisiens du Quartier Latin pour les littéraires et le même phénomène plus les écoles d’ingénieurs pour nos très bons bacheliers scientifiques ?

cela pose la question des classes prépas, des écoles d’ingénieurs et de leur intégration « réelle » dans le système universitaire français.

Je ne suis pas allé sur les campus depuis un petit moment mais si il y avait des temps d’étude pour ces étudiants physiquement présents dans les lycées de Limoges, à l’université, il y aurait là un élément de re-dynamisation de la vie universitaire à Limoges.

Quel rôle peut jouer la ville ? Que pouvons nous porter dans un programme ? N’existe-t-il pas déjà des initiatives à l’heure actuelle ?

Je ne vais pas ici inventer un 61è point de programme à la demande mais cela vaut le coup d’y réfléchir.

fac
2 novembre 2013 20:14

Jean Philippe Veytisoux le dynamisme du centre ville est une chose importante pour les étudiants. Or, il n’y a pas à Limoges de réels lieux de vie estudiantine. Vous avez du être étudiant et ceci est aussi un élément important de cette période de vie.
La place de la Motte serait un beau lieu de vie mais… elle est occupée par des banques, des commerces et pas réellement de bars pour la vie nocturne.

Jérôme
2 novembre 2013 22:27

Je prends la parole pour dire que je suis totalement d’accord avec fac. À Limoges, l’on s’ennuie ferme. C’est une ville morne qui n’offre pas de possibilité aux étudiants de s’éclater. Elle n’est pas ouverte aux étudiants: à 19h, que reste-il? Le Duc Étienne (heureusement!), et peut être un concert à la Fourmi? Cette ville n’a AUCUN capital de sympathie pour la tranche d’âge 20-30 ans. Les décideurs sont loin des préoccupations des jeunes. Les bars ferment tôt, les rues ne prévoient pas vraiment l’installation de terrasses.
Je voudrais également revenir sur les propos concernant les classes préparatoires: là, je les trouve scandaleux. Les prépas de gay-lussac existent depuis longtemps, et n’ont jamais concurrencé l’université. Jusqu’à une certaine mesure votée récemment par la gauche, les étudiants pouvaient y suivre gratuitement les cours (ce n’est plus le cas à présent, merci Mr Hollande). Les étudiants y sont admis uniquement sur la base de leurs résultats. Accuser les classes prépas d’être à l’origine du déclin de la faculté, c’est navrant.

fred5987
2 novembre 2013 22:41

jerome meme pour les 30-40 et 40-50 Limoges manque de dynamisme c est clair. Je ne suis pas limougeaud de naissance et je ne pense pas y rester a la retraite si j ai l occassion de partir ailleurs pourquoi pas mes enfants sont nes a limoges et n y sont pas specialement attaches. nous constatons tous la meme chose alors faisons en sorte que cela ne perdure pas et changeons de maire. yes we can

fred5987
2 novembre 2013 22:44

une chose est sure c esr que A Rodet ne sera pas elu au 1er tour et faisons en sorte qu il ne soit pas present au second ou alors elimine

james
2 novembre 2013 22:49

Bonsoir, je suis d’accord avec fac et jérôme sur la vie étudiante. Ne confondons pas tout Jean-Philippe certes pendant les études on travaille : on étudie. Mais comme on ne travaille pas chaque heure éveillée on peut aussi passer du temps à s’amuser, rencontrer des gens. Les cafés et bars sont alors des endroits propices s’ils sont judicieusement placés et agréables. Allez faire un tour à Montpellier, Grenoble, Lille etc… et vous sentirez la différence! Il manque à Limoges des lieux de vie en commun partagés par tous. Dans les villes citées les bars sont fréquentés par les étudiants mais aussi des jeunes actifs, des quinquas et des retraités. Arrêtons de vouloir sectoriser les populations. Il y a pour moi un lieu qui est très « intergénérationnel » à Limoges. C’est la BFM centre ville. Allez y le samedi après midi on y voit les bambins, les étudiants (qui bossent pour le coup), les parents, les grands-parents. Pourquoi? Le lieu est très agréable avec des ambiances différentes (jardins d’hiver, salons, etc…), il est de qualité (utilisation de bois, grands volumes, …), calme, et il règne un respect entre les usagers. A-t-on un seul espace public extérieur dans Limoges qui présente les mêmes caractéristiques? Réponse : NON. Il n’y a pas un vrai problème dans cette ville? A croire que ceux qui la façonnent ne vivent pas dedans!

james
2 novembre 2013 23:08

Concernant la « désertification » des bancs de l’université, il parait fallacieux d’attribuer cela à une concurrence des classes préparatoires. Je veux bien que les bacheliers limousins soient très bons et ne fassent que des prépas suivies de grandes écoles d’ingénieur ou de commerce mais cela ne me semble refléter aucune réalité statistique. Il ne me parait pas incongru qu’un lycéen s’intéresse à la sociologie, à la géographie, à la médecine, aux professions paramédicales, à la philosophie, etc… et dans tous ces cas il n’y a pas besoin de faire une prépa (au contraire). Si les parents d’un étudiant peuvent payer ses études et qu’il doit avoir son propre logement (résidence familiale hors agglo par exemple) et bien à la place de l’étudiant en question je n’hésiterai pas et j’irai à Bordeaux, Toulouse ou même à Poitiers. C’est quand même grave, non pour une ville de perdre des jeunes étudiants? (y compris d’un point de vue purement financier)
L’université de Limoges est jeune et les habitants n’ont pas l’habitude de la vie universitaire, il faut que cela change! Saluons quand même l’implantation de la Faculté de Droit et de la présidence de l’Université à proximité immédiate du centre ville. c’est un premier pas.

Jérôme
3 novembre 2013 09:04

J’ajoute que les étudiants inscrits en classe préparatoire prennent obligatoirement une inscription à la faculté. L’une et l’autre ne peuvent donc se concurrencer. D’autant moins que les classes prépa de gay-lu ont été saignées à blanc.
Il est géographiquement absurde de s’en prendre à ces formations, car elles participent de l’influence d’une métropole. C’est un peu comme si on attaquait les écoles d’ingénieur pour une raison ou pour une autre.
Les classes prépa ont pour mérite de garder sur place des élèves qui iraient ailleurs s’ils le pouvaient. Elles ont souvent été par ignorance accusées d’ « élitisme ». Mises à part quelques grandes prépas telles que Henri IV, peut-on accuser l’élitisme des formations qui étaient gratuites et dont le seul critère de recrutement était le niveau acquis par l’élève en Terminale? Je suis personnellement professeur, et j’ai vu beaucoup de mes élèves aller en prépa, à Limoges, Angoulême, Poitiers… Ce n’étaient pas de hauts-bourgeois! Mais plutôt des fils d’employés, de classes moyennes, et même parfois d’ouvriers. Des enfants d’artisans, il y en a.un certain nombre dans la classe prépa de Turgot…
L’an dernier, la gauche -oui la.gauche- à voté la.fin de la gratuité des classes prépas. C’est honteux, cynique et affligeant.

Jean-Philippe VEYTIZOUX
3 novembre 2013 10:23

Oups…..il faut que je clarifie ma
position sur les classes prépas.

Loin de vouloir les supprimer ou les vilipender ou quoi que cela soit d’autre; mon idée serait plutôt de les intégrer mieux qu’elles ne le sont dans l’université française.

On pourrait imaginer que les étudiants et les enseignants des classes prépas de nos lycées de Limoges fassent une partie de leurs cursus dans les locaux universitaires et qu’inversement une partie des séquences en « petits comités » dans les lycées soient assurés pour des étudiants assommés par des cours magistraux à la fac.

Donc, on ne touche pas à la gratuité des prépas selon moi au contraire on les démocratise plus qu’elles ne le sont…..ceci étant, pour ce qui nous intéresse, un programme municipal de gauche, il faudrait creuser pour voir ce qu’il en pourrait en ressortir compte tenu des compétences d’une municipalité en la matière.

Jean-Philippe VEYTIZOUX
3 novembre 2013 10:56

Sur les lieux d’animation dans la ville, il faut travailler la question de ses places.

Quand on parle aujourd’hui centre-ville à Limoges, on part du point de vue des commerçants et donc de la fonction vitrine face au trottoir, on s’intéresse au citoyen passant qui stationnera à l’intérieur pour devenir client.

La place est le lieu où l’on prend le temps de s’arrêter, ici, la terrasse du débit de boisson, du restaurant ou du café concert étant facilitatrice de ce temps pour soi que l’on partage avec d’autres.

Effectivement, cela manque à Limoges, on peut le constater dans le quartier de la cathédrale. Soit on a la place mais pas l’espace convivial récréatif (le parvis)soit , on a le récréatif (débits rue haute-cité) mais on n’a pas la place et l’on voit étudiants et salariés debout consommer leurs boissons entre L’Irlandais et le débit qui lui fait face ou bien dans la rue aboutissant au parvis.

Cette situation crée de la nuisance également pour les riverains, comme à proximité de la petite place Wilson où quelques noctambules échoués rendent certaines nuits courtes aux habitants.

Il faut donc travailler cette question comme une affaire urbanistique : Quelle est la fonction de la place dans la ville ? Quels aménagements facilitateurs peuvent être entrepris par une municipalité ?

Place de la Ré, en arrêtant le flux automobile au bout de la rue Fitz-James d’un côté et rue Jean-Jaures jusqu’à l’entrée du parking de l’autre , on ouvre du même coup un espace de continuité des établissements de la restauration autour de la place jusqu’en son cœur, sans que les serveurs ne voient leur métier se transformer en entrainement pour la marche sportive!!!

L’hyper-cœur de la place pourrait être réservé alors à des aménagements pérennes publics , jeux pour enfants, bancs publics, espace végétalisé….

A suivre vos suggestions..

Jean-Philippe VEYTIZOUX
3 novembre 2013 10:59

Pas étonnant que la Place de la Ré soit le lieu pour accueillir la manche limougeaude du challenge national de la course des serveurs de café ;-)

Jérôme
3 novembre 2013 12:17

Pour ce qui concerne le bruit nocturne: j’insiste, mais je pense que l’animation est… nécessaire. Que désire-t-on? Une ville morte, où les habitants sont habitués à n’entendre aucun bruit? Les habitants de Bordeaux, de Poitiers, de Tours, de La Rochelle ne se posent pas ce genre de questions. Pourtant, ce sont des villes très agréables. Des terrasses, des bars qui ferment tard, des concerts, des boîtes de nuit… Tels sont les animations que notre ville devrait proposer. Et tant pis pour les riverains: ils s’habitueront au bruit, comme dans les autres métropoles! On est dans l’ordre du « normal ».

Alors voilà ce que l’on peut reprocher aux élus: la crainte des plaintes de riverains pour l’animation nocturne. Notre ville est en train de se transformer en maison de retraite. Une ville pour personnes âgées, incapable de proposer quoi que ce soit aux adolescents et aux jeunes adultes, une ville qui a peur d’être dérangée.

Jean-Philippe VEYTIZOUX
3 novembre 2013 14:09

Jérome, il me semble que j’ai levé les doutes sur cette affaire d’animation nocturne avec mon message précédent autour de la Place de la Ré, d’autres aménagements sont envisageables pour d’autres places.

des urbanistes et d’autres spécialistes de l’espace urbain peuvent additionner leurs compétences pour que chacun se retrouve à l’aise en ville, y compris la nuit, y compris pour y vivre des moments festifs.

Jérôme
3 novembre 2013 15:18

Oui, c’est un élément important à prendre en compte: il en va de la survie de notre ville et du bien-être de ses habitants.
Cordialement

fac
3 novembre 2013 20:14

Jean Philippe Veytizoux de mon côté il me semble que la pace la plus adaptée en fonction de son emplacement, sa taille, son urbanisme est la place de la Motte.

Jean-Philippe VEYTIZOUX
3 novembre 2013 20:22

Il est vrai qu’il y a peu de riverains mais les commerces qui donnent sur la vaste esplanade ne sont pas des établissements de la restauration contrairement à la partie basse.

fac
3 novembre 2013 21:49

C’est bien le problème, comment la municipalité n’a pas favorisé l’essort de cette place ! La BP, le CA,… on ne pouvait pas éviter ceci?
A Tours par exemple, la place Plumereau est entièrement entourée de bars (elle a été restaurée dans les années 80 avec les vieux quartiers. Aujourd’hui, les samedi soir c’est le lieu central de tours pour les jeunes et les moins jeunes !
A Limoges, il n’y a pas eu cette volonté.

carte
4 novembre 2013 20:17

Si j’ai bien compris,le principal souci d’un étudiant c’est de pouvoir fréquenter un bar (ou plusieurs cela va de soi).Vaste programme aurait dit de Gaulle

fac
4 novembre 2013 20:37

Carte si tu n’es pas au courant que les étudiant (entre 18 et 25 ans) choisissent aussi leurs lieux d’étude en fonction de l’attractivité de la ville et notamment sa vie nocturne … effectivement Limoges a du soucis à se faire !

Chat noir
4 novembre 2013 21:39

Il y a suffisamment de bars, de restaurants ou de boîtes de nuit à Limoges pour satisfaire toutes les générations dans tous les coins du centre ville. Pourquoi vouloir les regrouper toutes au même endroit ? Et c’est quoi ces propos sur les riverains ? Si on veut faire vivre le centre ville il faut faire revenir des habitants comme c’est le cas en ce moment et vous voulez les faire fuir en ne les respectant pas ?

Ce ne sont pas des petits jeunes qui visiblement ne pensent qu’à faire la fête qui feront l’avenir de Limoges donc ils peuvent rester d’où ils viennent de toute façon ils ne resteront pas et s’ils restent je suis persuadé que dans quelques années ils viendront râler parce qu’il y a trop de bruit en bas de chez eux…

L’animation nocturne à Limoges n’est absolument pas un problème et encore moins une priorité.

La rue de la soif rénovée, la place denis dussoubs ou la place de la Cité où peu de riverains habitent répondent parfaitement aux besoins.

Y en a marre de toujours vouloir faire à Limoges ce qui existe dans d’autres grandes villes. Limoges n’est pas en train de mourir, elle connaît les mêmes difficultés qu’ailleurs et contrairement à toutes ces boutiques de fringues qui ferment je ne vois pas beaucoup de restaurants ou de bars mettre la clé sous la porte…

Si tout n’est pas parfait à Limoges certains prennent un certain plaisir à noircir le tableau… en vue des élections peut être ?

fac
4 novembre 2013 22:23

Chat noir, comment peut on tenir de tels propos ?

m&b
4 novembre 2013 22:28

Fac, comment peut-on tenir de tels propos ?!

GL87
4 novembre 2013 23:02

@ Chat Noir:

Vous devriez:

1- Sortir à Limoges le soir;

2- sortir dans d’autres villes et comparer. Les habitants de Tours ou de Poitiers ne se plaignent pas du bruit que font les étudiants le soir. Et dans des villes qui ne sont pas universitaires, telles que Périgueux, durant l’été les soirées sont animées. Les habitants ne semblent pas se plaindre… Rien de tel dans notre ville:
A Limoges, le soir c’est mort. On croise souvent des paumés qui lancent des coups de pied dans les poubelles ou qui cognent les rétroviseurs. Si l’on excepte le Duc Etienne, le Petit Jourdan, ou chez Michard, il n’y a pas grand chose. C’est un peu faible pour une agglomération de 210000 habitants…
Question concerts: ceux du Zénith s’adressent-ils réellement aux étudiants?? Ah, « âge tendre et tête de bois », « the rabbits », … Allez donc faire un tour à Nîmes ou à Toulouse! Mises à part quelques initiatives isolées (ex: à La Fourmi, ou à John Lennon, quoique pour cette dernière salle, la programmation est souvent orientée vers les mêmes styles musicaux), la musique à Limoges ce n’est pas très palpitant.

On peut faire la même remarque à propos de l’été: mis à part quelques actions ça et là, il n’y a pas grand chose de fait pour les touristes (alors que nous avons par exemple un patrimoine encore très intéressant, quoique pollué par de nombreuses erreurs architecturales). En 2012, il y a même eu des travaux lourds rues Ferrerie et du Consulat, en plein été. Chouette pour les visiteurs…

« certains prennent un certain plaisir à noircir le tableau… en vue des élections peut être ? »
En voilà une phrase qu’elle est magique! Ainsi vous pouvez automatiquement fermer le clapet à n’importe quel détracteur. Il suffit pourtant d’interroger les gens -notamment ceux qui ne sont pas d’ici- à propos de Limoges. Combien la considèrent comme ennuyeuse, antipathique et insipide? Une ville qui ne présente rien d’étonnant, rien qui puisse surprendre. Une ville faite uniquement pour les retraités paisibles, pour les gens rangés. Si l’on ajoute à ce constat l’utilisation du granite pour le mobilier urbain, et le faible nombre d’oeuvres d’art (mis à part quelques monuments commémoratifs, un ignoble « saint-Martial » qui ressemble à un santon, face à St Michel des Lions, et une horrible peinture délavée ornant le grand théâtre), notre ville n’offre strictement aucune fantaisie: ville triste, grise, terne. J’écris cela, et je suis de Limoges: j’ai bien connu la période Longequeue et j’ai l’impression qu’on est en plein dedans.

m&b
4 novembre 2013 23:35

Pour tenter d’amoindrir votre aigreur, je ne saurais trop vous conseiller de tenir encore 10 jours à l’issue desquels vous pourrez profiter d’un formidable festival de Jazz Eclats d’ Email. Et si vous prenez la peine de vous y transporter vous pourrez même y croiser des étudiants ou des jeunes ( y en a même qui sont pas étudiants ).
Par ailleurs j’espère que les jeunes et dynamiques animateurs du programmateur Horizons Croisés ne liront pas vos lignes car ils se sentiraient probablement obligés de vous rappeler leur programmation éclectique et de grande qualité qui écornerait gravement votre pseudo argumentation.

Luc
5 novembre 2013 00:10

Ne faites vous pas du nombrilisme alors qu’autour de vous tout s’écroule ?
Bien des choses dites ici à propos d’un Limoges devenu un peu morne sont vraies. Mais dans 4 mois, c’est de toutes façons d’autres réponses que les électeurs (du moins ceux qui se déplaceront) vont donner. Veut on conforter Hollande en votant pour ses plus fidèles soutiens ? Veut-on donner un signe aux cumulards qui s’accrochent ? Veut-on exprimer un ras le bol contre les politiques sourds, autistes, immobiles qui nous méprisent ? Voilà ce que les électeurs vont venir dire. Vous croyez que rien ne va bouger ici ? Vous pourriez bien avoir des surprises.

Chat noir
5 novembre 2013 09:13

Et qu’est ce qui va bouger ? Les délinquants ? Les immigrés ? Tout le monde va trouver du boulot ? Les commerces vont tous rouvrir leurs portes ? On va refaire toutes les façades des maisons pour qu’elles aient plus de couleur ? On va refaire la place de la République pour jouer à la pétanque ou pour y mettre du sable l’été ?

Jean-Philippe VEYTIZOUX
5 novembre 2013 09:40

Euh les gars, ça y est vous êtes réveillés!! Remis de votre week-end à vérifier in situ les mérites respectifs des différents bars de la ville ;-)

Bon, plus sérieusement, sur le sujet du centre-ville, il faut éviter deux écueils:

Le premier: la question des espaces de distraction au cœur de la ville n’est pas primordiale, et puis on exagère beaucoup le côté mort de Limoges, il s’y passe des choses. C’est vrai….mais il est au moins aussi vrai que la majorité des places de Limoges ne jouent pas leur rôle d’agora; ce sont de grands déserts humains que l’on traverse pour aller sur leurs bordures (Place de la République, Place de la Motte, Place des Bancs,parvis de la cathédrale….).

Le deuxième: cette question doit être LA QUESTION des prochaines municipales; LIMOGES VILLE DE VIEUX étant l’enjeu essentiel du débat à venir….c’est « vrai » mais non. Que faites vous des jeunes des quartiers périphériques, bien loin de toutes ces questions et dont les aspirations (emploi, logement, santé..) ne peuvent être absentes du débat à venir ? Que penseraient-ils d’une campagne d’une gauche soit disant très à gauche dont l’obsession serait celle de nouveaux lieux pour consommer ou se distraire quand eux-mêmes comptent leurs sous du 1er au dernier jour du mois ?

Sans vouloir clore le débat sur le sujet des « débits de boissons et/ou de l’âge du capitaine limougeaud » ; les pistes de Luc, même si je ne partage pas son approche, nous invitent à redonner de la hauteur au sujet qui nous intéresse.

carte
5 novembre 2013 16:58

Je pensais que le premier critère c’était de pouvoir étudier dans les meilleures conditions possibles et que la vie nocturne passait au second plan.Mais je dois vivre sur une autre planète…ou alors peut-être que les études ne sont qu’un prétexte pour « passer du bon temps »…ou peut-être que je ne comprends rien à la problématique de la jeunesse estudiantine.C’est sans doute cette dernière hypothèse qui sera retenue

Jean-Philippe VEYTIZOUX
5 novembre 2013 18:27

Carte a raison sur le besoin de hiérarchiser les choses. Les conditions d’études sont plus importantes que la vie nocturne…….mais on sait aussi, depuis le charivari du Moyen-Age et même avant que la tranche d’âge des études est aussi celle d’un passage important dans la vie et que l’amélioration du dynamisme d’un certain enchantement urbain ne peut être totalement écarté du débat des municipales.

Mettons cette chose à sa place sans la sur ou sous-dimensionner.

fac
5 novembre 2013 21:10

Carte et oui les étudiants sont d’abord la pour étudier ! Par contre, une ville morose le soir n’aide pas non plus.

m&b
5 novembre 2013 23:39

Fac demande aux restaurants et aux bars de la rue Charles Michels s’ils trouvent la ville morose ?

Jean-Philippe VEYTIZOUX
6 novembre 2013 07:32

La rue Charles Michels, rien à redire, mais ici on essayait de mieux cerner la problématique des places à Limoges et leur fonction d’agora.

blondeau
7 novembre 2013 13:02

Habitant loin de Limoges , dans l Est , mais venant prendre l air familial en Limousin plusieurs fois par an , je suis amusé et , à vrai dire , un peu étonné de certains commentaires …
La vie nocturne et l animation qui en résulte sont des éléments qu il ne faut pas négliger et qui sont essentiels à l image de l agglomération.Limoges , pour ne parler que de ce qui nous intéresse ici , a une image médiocre chez les jeunes par son enclavement routier , ferroviaire , voire aérien.C est le problème numéro 1 à régler de mon point de vue.
Le deuxième point à améliorer d urgence est la situation de l emploi… Contrairement à beaucoup de villes de cette importance , nous ne disposons pas d étendard dynamique susceptible d attirer.Legrand existe et c est un bien mais le reste du tissu industriel est fondamentalement constitué de PME peu attrayantes et ou les salaires sont bas ou de sites industriels dont les centres de décision et donc les postes intéressants sont éloignés du Limousin.
De mon point de vue , je suis dirigeant d entreprise , il est primordial de reconstituer un noyau d entreprises innovantes et communicantes qui changeraient l image vieillotte de la ville porcelainière et administrative que l on colle à Limoges en externe.
Ester est de ce point de vue positif meme si ce n est pas avec du para public que l on va dynamiser le site comme par exemple les batiments de la federation des BTP ou le siège régional de pole Emploi en construction…
Pour revenir au centre-ville , pittoresque et plein d atouts potentiels , l exemple de la rue de la soif est à méditer. Malgré les critiques , c est une réussite qui va ringardiser des rues qui ont mal vieilli comme Hte Vienne ou Adrien Dubouché.La piétonnisation est critiquée parfois mais je crois qu il y a quelque chose encore à faire de ce point de vue à Limoges ou la surface piétonne reste assez modeste.Incontestablement , la place de la République est une priorité comme la Place des Bancs ou on peut faire beaucoup mieux…
Les blogueurs parlent beaucoup d animation et citent volontiers des villes qui leur apparaissent plus vivantes.Je ne conteste pas le fait que des Bordeaux ,Toulouse , Nantes aient une animation forte les soirs mais songez qu il y a entre 50 et 100 000 etudiants dans chacune de ces villes.Tours en accueille plus de 30 000 comme Poitiers meme si cette ville est d importance globale plus modeste.
Limoges , dont les effectifs Etudiants toutes facs , écoles publiques ou privées ,classes prépas ,ne dépasse guère 20 000 jeunes aux dernières statistiques ce qui rend l animation un peu plus limitée.Soyons un peu honnetes et regardons d autres villes que je connais très bien pour y vivre ou m y rendre très souvent:
- Nancy , 35000 étudiants dont 9 écoles d ingénieurs, morte à partir de 19H30 hors trois rues de bars et restaurants.
- Metz , 15000 étudiants avec 4 écoles d ingénieurs ,déserte de chez désert tous les soirs toute la semaine…
-Strasbourg ,55 000 étudiants dans une agglo richissime de 600 000 habitants , morte le Samedi soir , place Kléber ou Petite France comprise…
-Reims , 25 000 étudiants , dans une ville bourgeoise et bien construite , ou tout est fermé question restaurants à 10 h du soir…

Je pourrais vous en citer d autres aussi formidables…
Amis limougeauds , ne critiquez pas tout dans votre ville qui , certes , a beaucoup de progrès à faire , je n ai pa
20 000 jeunes en enseignement supérieur

Jean-Philippe VEYTIZOUX
7 novembre 2013 14:42

merci à blondeau de sa contribution

peut-être que la proposition d’une zone d’activité Sud limoges autour du potentiel agro-alimentaire du territoire est une piste pour répondre à ton soucis.

la volonté d’en faire une zone dite « douce » intégrant les activités de maraichage extensives comme des activités de valorisation in situ des produits vers de la haute qualité sera porteuse de projets intégrant des postes de travail à un certain niveau d’étude .

pierrugues
3 décembre 2013 17:00

Je suis d’accord, Limoges est une ville qui s’endort et qui ronronne ferme et de façon paisible. J’aime bien cette ville mais question animation c’est un peu limite malgré les efforts du service culturel. Je pense qu’il faut du changement politique car Rodet ronronne grave et c’est vrai favorise beaucoup la clientèle retraité. C’est la population du Limousin. Question transport en commun, alors là c’est à l’image de la ville pas moderne et pas audacieux. IL faut penser que c’est juste cette année que les vieux bus tous pourris sont partis. Lamentable pour une ville de 210 000 habitants. Je voterai contre Rodet car je veux du CHANGEMENT et pas une politique immobile et frileuse. Le pire ici c’est l’emploi.. rien se crée et se met en place. Les jeunes et moins jeunes partent car trouver un emploi relève du miracle, ou du piston. Carton rouge pour le Maire..

Fils des commentaires de ce billet  /  Faire un trackback sur ce billet

Laisser un commentaire